Le mariage pour tous : tous contre le mariage

Le mariage homosexuel, nommé « mariage pour tous » pour enlever toute la stigmatisation du propos et souligner son caractère égalitaire, fait couler beaucoup (trop) d’encre depuis qu’il devient de plus en plus concret. Le gouvernement de François Hollande a jeté un énorme pavé dans la mare .

Je ne regarde pas les informations télévisées, je suis l’actualité d’une toute autre façon : via les réseaux sociaux. Je suis abonnée à deux pages Facebook en ce qui concerne l’actualité : celle du Monde, et celle de Rue89, et mon autre source provient de mon fil Twitter. Autant dire que ces deux canaux restreignent énormément les nouvelles que je peux lire, mais elles me suffisent. Je préfère peu d’infos, mais de l’info choisie. Je me fiche de savoir qu’une mamie du Périgord produit son lait elle-même (ping monsieur Pernaut) ou que Matt Pokora a sorti son dernier album.

Quand un sujet m’interpelle, donc, je vais le lire. Et ça a été le cas des tous les articles sortis au sujet du mariage pour tous. Je les ai lus, calmement, en assimilant l’information. Mes sources étant plutôt de gauche, je suis rarement énervée à la lecture de l’article lui-même.

J’aimerais en dire autant quand vient le moment où je décide de lire les commentaires. Ce moment, je le regrette toujours, car il fait naître en moi des sentiments contradictoires. Il serait bien difficile de tenter de les expliquer, et cela nécessite un peu de recontextualisation.

Je suis homosexuelle.

C’est une phrase que j’ai beaucoup de mal à dire. Non pas parce que j’ai honte de ce que je suis, ni parce que je le vis mal, mais parce que je déteste qu’on ne me voie que comme ça. Et pourtant, je suis complètement out, dans ma vie personnelle comme dans ma vie professionnelle. J’ai la chance d’exercer un métier dans un secteur où les gens sont plutôt ouverts d’esprit, ce qui est loin d’être le cas partout. Je ne me suis jamais cachée et je n’ai jamais eu à le faire : chacun de mes coming-out a été accueilli énormément d’amour et de compréhension. Ou d’indifférence. Qui est finalement la réaction que je préfère.

Je m’estime comme chanceuse.

Mon couple est mon roc. Je suis avec ma femme depuis bientôt 8 ans. Et comme dans tout couple, il y a eu des hauts, des bas, il y a des projets, des envies d’avancer. Nous n’avons pas vraiment envie de nous marier, puisque pour nous, c’est un peu comme si c’était déjà fait. Nous nous sommes pacsées, il y 6 ans, seules toutes les deux, assises devant un bureau, dans une pièce plutôt sombre, face à une dame en noir, les traits tirés, pas du tout souriante, au tribunal. On s’en fichait, on était heureuses, et puis de toute façon, on n’avait pas droit à mieux. Si un jour nous nous marions, c’est qu’il y aura un bébé dans la partie, pour que ma moitié puisse adopter mon enfant, sans quoi elle n’aurait aucun droit sur lui, n’étant pas biologiquement sa mère.

Alors quand même, toute cette actualité autour du mariage pour tous m’intéresse. Je lis, me documente, et passe énormément de temps à lire les commentaires des personnes qui font comme moi : qui lisent, se documentent, puis donnent leur avis. Il y a beaucoup de commentaires gentils, à base de « ça devrait déjà être fait », « je ne vois pas pourquoi on en discute encore ». Mais il y aussi beaucoup de haine. D’aussi longtemps que je me souvienne, je n’ai jamais eu si souvent le cœur serré. D’après ce que je lis, je suis une personne anormale, qui va mettre en danger l’équilibre de la famille, dont la reproduction ne serait que la satisfaction d’un désir d’adulte égocentrique, qui fait du mal, et qui met en danger les enfants qui l’approchent.

Et là, je remercie mon entourage d’être ce qu’ils sont : des personnes réfléchies, sans idées pré-conçues. Des personnes remplies d’amour, qui savent que le fait d’aimer une femme ne fait pas de moi quelqu’un d’inapte à élever un enfant. De mon entourage, trois couples m’ont choisie pour être la marraine de leur enfant. Si j’en crois la promesse que je leur ai faite, il s’agit d’élever leur enfant s’il venait à leur arriver quelque chose. Ils m’ont choisie pour être une personne spéciale dans la vie de leur enfant. Bref, ils m’ont choisie pour ce qu’ils savent que je suis, une femme normale et équilibrée, et non pour ce que la société pense que je suis. Et j’en passe, évidemment.

Quand je lis toute cette haine, dans les commentaires, j’ai envie de crier au monde que non, BORDEL, je ne suis pas ce monstre qu’ils décrivent. Que ce projet d’enfant est dans ma tête depuis des années, et qu’il ne se concrétisera que lorsque nous, ses parents, seront vraiment prêts à le réaliser, quand nous pourrons subvenir à ses besoins de façon certaine et pérenne. Bref, au meilleur moment pour l’accueillir de la meilleure façon possible. Je ne peux pas avoir d’enfant « par accident ». Cela fait au moins une raison qui prouve que mon enfant n’arrivera pas par hasard, et que son arrivée sera comblée d’amour, car son arrivée, cela fera des années qu’on l’aura préparée.

Qui es-tu, toi, autre, pour juger de ma capacité à aimer ?

2 réponses à “Le mariage pour tous : tous contre le mariage”

  1. […] Le mariage pour tous : tous contre le mariage | Notes Le mariage homosexuel, nommé « mariage pour tous » pour enlever toute la stigmatisation du propos et souligner son caractère égalitaire, fait couler beaucoup (trop) d’encre depuis qu’il devient de plus en plus concret. Le gouvernement de François Hollande a jeté un énorme pavé dans la mare . Je ne regarde pas les informations télévisées, je suis l’actualité d’une toute autre façon : via les réseaux sociaux. <b> ENQUÊTE </b> – Les associations LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans) tirent la sonnette d’alarme. Le débat sur le mariage pour tous entraîne une augmentation vertigineuse des actes homophobes. Les adolescents en sont les premières victimes, avec des conséquences parfois gravissimes. Reportage au Refuge qui recueille les jeunes homosexuels abandonnés par leurs familles en raison de leur sexualité. […]

  2. […] J’en ai déjà parlé ici, les débats, les commentaires, les manifestations contre le mariage pour tous pèsent sur mon moral. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir une pensée pour ces homosexuels qui ne s’assument pas, qui vivent mal leur orientation sexuelle, à qui on dit de façon de plus en plus décomplexée « va crever petite tapette ». […]

Laisser un commentaire